Les SCPI sont par définition des véhicules d’investissement en relation avec l’immobilier d’entreprise.

La question que le monde se pose ces temps ci, est à propos de leur capacité ou incapacité à gérer ce secteur pendant la crise, à gérer les commerces, les bureaux, et les plateformes logistiques. Quelles sont les perspectives 2021 concernant les performances des SCPI, et est-ce que ça vaut le coup d’y investir ou pas ? Les réponses dans la suite de cet article !

C’est quoi une SCPI ?

SCPI, ou autrement dit : « Société Civile de Placement Immobilier » est un groupe de sociétés qui se charge de la location, la possession, et la rénovation professionnelle de l’immobilier.

C’est auprès des conseillers en gestion de patrimoine et des banques, que les parts des SCPI sont souscrites. Elles sont dans la majorité des cas achetées sous crédit, présentant une réduction de la fiscalité et un effet de levier, mais sans oublier que c’est un sacré engagement sur le long terme. Les parts de ces sociétés ne sont pas du tout cotées, donc si le propriétaire voudrait les vendre, ça ne sera pas possible, sauf s’il y a un acheteur. C’est ce qu’on appelle le marché de gré à gré, qui est organisé normalement par la SPCI. C’est une à deux fois par an que le tarif des parts est évalué, cela se fait selon la valeur estimée du parc immobilier. Pendant de longues années, la SCPI a toujours représenté un excellent investissement, mais est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

Les avantages des SCPI durant la crise‍

En parlant des SCPI, il est important de rappeler que l’investissement en SCPI est généralement tourné vers :

  • Tours de centres commerciaux ;
  • De bureaux ;
  • D’entrepôts ;
  • Les commerces ;
  • La logistique.

La capitalisation des parcs immobiliers est dans la plupart des cas supérieure à 100/200 millions d’euros.

Donc, le nombre de locataires qui ont une importante surface financière permet de diminuer les risques locatifs. Les mesures prises par le gouvernement concernant la progression du coronavirus ont permis également à ces entreprises impactées par le confinement directement, de pouvoir faire des demandes à leur bailleur personnel pour une suspension ou un report de leurs loyers. Malheureusement, certaines entreprises feront face à la crise en reportant leurs projets.

C’est le cas notamment des SCPI en rapport avec les thématiques commerciales ou touristiques qui ont été plus fortement affectées par la crise sanitaire. Cependant, les SCPI des domaines de la santé, des bureaux, de la logistique ou du commerce digital sont parvenues jusqu’à aujourd’hui à faire face à la baisse considérable des rendements.

Par contre, les SCPI qui ont été gérées correctement ont pus être résilientes et ont pu tenir le coup face à la crise sanitaire, en utilisant leur trésorerie et leurs ressources afin d’investir dans des locaux à des prix plus bas dans le but d’augmenter et d’améliorer la qualité de leur parc immobilier dans le futur proche.

D’autre part, ce sont les maisons de gestion qui gèrent souvent les SCPI. Ce qui veut dire, qu’il convient de séparer les rendements supérieurs à 6% des maisons de gestion, et ce, en toutes circonstances.

L’impact du Covid-19 sur les SCPI

Il est vrai que la crise du CoVid-19 a poussé probablement les entreprises à une grande réduction des parcs immobiliers, voici quelques illustrations :
La majorité des grandes entreprises se sont endettées en 2020 afin de faire face à la crise sanitaire qui les menaçaient. L’intégralité des dettes devra être remboursée dans les années à suivre, ce qui entraine une grande baisse des coûts.
Les baisses des prix d’effectifs vont se rajouter aux réductions des coûts de l’immobilier de bureaux à travers une réduction de l’emprunt des entreprises immobilières, qui est renforcée par la forte augmentation du télétravail, ou du moins à des temps partiels. (Un article des échos le confirme, bien que plus de 73% des employés veulent continuer à travailler chez eux).
– L’utilisation du commerce électronique a largement augmenté et a profité de la crise pour se renforcer, ce qui a entrainé un accroissement des marchés physiques. Malheureusement, à cause de cette crise, beaucoup de centres commerciaux n’ont pas survécus à cette épreuve, contrairement à quelques magasins avec de bons emplacements qui n’ont pas été touchés.

%d blogueurs aiment cette page :